Messages des fleurs et langage de la nature

Le message de la fleur

Il semble aller de soi que les fleurs puissent avoir un pouvoir curatif pour l’âme humaine.

Après tout, nous offrons un bouquet de fleurs lorsque nous voulons exprimer nos sentiments les plus profonds, qu’ils soient tristes ou joyeux. Nous ne donnons pas un sac de racines ou de tiges ! Si de nombreuses parties des plantes peuvent avoir des propriétés curatives, les fleurs s’adressent à l’âme.

En homéopathie, différentes parties des plantes, ainsi que d’ailleurs d’autres substances, sont utilisées comme remèdes. Sont également apparus d’autres « remèdes vibratoires », à partir d’énergies animales, minérales, ou environnementales. Ils empruntent souvent la méthodologie florale, et sont souvent rangés dans la même catégorie que les élixirs floraux.

C’est pourquoi il est important de se demander ce qu’ont de particulier les élixirs floraux.

Les botanistes savent que la fleur exprime l’identité, l’unicité d’une plante. Mais pourquoi cela ?

Une des explications scientifiques les plus intrigantes de cette propriété des fleurs se trouve dans le livre « La plante entre Soleil et Terre » de George Adams et Olive Whicher .

Les auteurs décrivent comment, par une étude de géométrie projective, nous pouvons comprendre les forces qui œuvrent dans la plante.

En bas, les énergies terrestres créent les formes convexes, tendant à l’expansion, de la racine. En haut, les énergies cosmiques créent les formes concaves, à tendance enveloppante, des branches et des feuilles.

La fleur « remplit » cet espace cosmique d’une substance uniquement imprégnée des qualités de l’âme, qualités que nous percevons dans la subtilité des textures, des couleurs, des parfums, et des formes géométriques des plantes. (Dans la mesure où ce bref résumé ne rend pas justice aux théories extrêmement sophistiquées exposées par ces auteurs, il est vivement conseillé au lecteur de lire leur livre).

Si c’est la fleur qui manifeste les qualités spirituelles de la nature, comment ces qualités peuvent-elles être transférées à l’eau qui sert de base à la préparation, puis à la personne qui va ingérer l’élixir ?

Théodor Schwenk , qui a fait des recherches approfondies sur les propriétés de l’eau, a conduit des expériences avec de l’eau exposée à différentes configurations astronomiques. Il a étudié les effets de cette eau sur des germes.

Il a découvert que celle-ci avait absorbé les énergies cosmiques, et que les graines arrosées avec cette eau les avaient à leur tour absorbées, ce qui se traduisait par une influence sur leur rythme de croissance.

Si l’eau peut véhiculer des énergies aussi subtiles, on peut raisonnablement envisager un processus similaire, dans lequel les radiations du soleil traversent les fleurs fraîches , et « impriment » leur schéma énergétique dans l’eau sur laquelle elles flottent.

Les photographies Kirlian ont déjà montré l’existence d’un champ énergétique autour des élixirs floraux.

Cependant, il reste beaucoup de progrès à faire. La recherche dans le domaine des énergies subtiles se doit de devenir la science du 21e siècle.

 

Le langage vivant de la nature

La fleur représentant l’identité spirituelle de la plante, plus nous en savons à propos de celle-ci, plus profonde sera notre compréhension des qualités de l’élixir floral correspondant.

L’étude des végétaux est ainsi une des activités majeures de la FES sur le plan de la recherche. Ce travail inclut une large gamme de facteurs, formes, couleurs, schémas de croissance de la plante, relations avec l’environnement et les autres formes de vie, histoire et usages médicaux.

Par exemple, l’élixir de Shooting Star (Giroselle) manifeste une polarité entre le mouvement ascendant de ses pétales recourbés, et le mouvement descendant des étamines et du pistil, ce qui correspond à l’ambivalence d’une âme qui n’est pas sûre d’appartenir à la terre.

Shooting Star

En botanique, un des axes de recherche les plus fructueux de la FES en termes d’élixirs floraux a été l’étude des familles. Les botanistes ont groupé les végétaux en familles, selon leurs similitudes de formes, et nous nous sommes rendu compte que ceci correspond souvent à des thèmes spécifiques pour les élixirs correspondants.

C’est un très vaste secteur de recherche et nous ne pourrons donner ici que quelques exemples schématiques.

La famille du Tournesol (les Asteraceae ou Compositae) sont appelées « composées » car chaque tête florale est en fait composée de beaucoup de petites fleurs, généralement avec un disque central composé de ces petites fleurs pendant que d’autres rayonnent autour de ce disque et simulent des pétales.

La fleur composée semble être une seule fleur, mais c’est en réalité le rassemblement d’un grand nombre de fleurs. La plupart des variétés de cette famille adorent le soleil, et ont une structure robuste et vivent longtemps. Il n’est donc pas étonnant que les élixirs tirés de ces fleurs soient en rapport avec le thème de l’intégration, de la complétude, de l’intégrité, et du développement du Soi.

 

Par exemple, l’élixir de Tournesol aide à développer l’individualité dans ce qu’elle a de plus rayonnant ;

Echinacea nous aide à conserver notre unité intérieure lorsque nous sommes « déchirés » par des événements traumatisants ;

Shasta Daisy développe notre capacité à intégrer des idées en un ensemble unifié, raison pour laquelle elle est largement utilisée par des écrivains et des artistes.

De telles études sont un exemple de science qualitative, par opposition aux mesures purement quantitatives de la science conventionnelle.

Cette approche holistique de la science fut initiée par Johann Von Goethe il y a environ deux siècles. Bien qu’il soit connu principalement pour son œuvre littéraire et poétique, en particulier Faust, Goethe lui-même estimait (et nous sommes d’accord sur ce point) que sa contribution essentielle se situait dans le développement d’une nouvelle science de la perception de la nature, science dans laquelle la conscience humaine devient un instrument permettant de discerner dans les phénomènes naturels des schémas et des significations .

La FES applique des principes similaires à la recherche dans le secteur des élixirs floraux.


Pourquoi la science est-elle importante pour la florathérapie?

Beaucoup de gens mettent en cause la nécessité de développer une approche scientifique de la florathérapie.

Le Dr Edward Bach, qui développa les premiers élixirs floraux dans les années trente, était un médecin réputé, bactériologiste et homéopathe, pourtant il ressentit le besoin de laisser derrière lui son bagage scientifique.

Il écrivit: « Aucune science, aucune connaissance, ne sont nécessaires, en-dehors des méthodes simples décrites ici-même ; et ceux qui obtiendront les plus grands bénéfices de ce cadeau du Ciel seront ceux qui le garderont dans son état de pureté actuel ; libre de toute science, de toutes théories, car tout dans la Nature est simple ».

Cette méfiance vis-à-vis de la science est compréhensible, si nous appelons science un système de pensée qui proclame que seul le mesurable est réel, et que les êtres humains ne sont que le résultat de réactions biochimiques et de combinaisons génétiques.

Mais Bach n’avait pas prévu, au début de ce siècle, l’arrivée d’une nouvelle forme de science, totalement compatible avec les notions d’âme, d’esprit, et permettant d’interpréter l’homme et la nature en ces termes.

Bach n’était pas davantage conscient des problèmes pouvant résulter d’un rejet de la rigueur scientifique.

D’un côté, le danger du dogmatisme. Sans le secours de la recherche nous devons nous reposer uniquement sur ce qui a été fait dans le passé, l’accepter sans discussion, ce qui nous empêche de développer notre propre compréhension et intuition.

D’un autre côté, le danger d’une ouverture trop grande et trop naïve à de nouvelles possibilités, qui nous fasse accepter les expériences et impressions psychiques sans s’interroger sur leur valeur, ou sans comprendre vraiment leur signification.

En l’absence d’une méthode de vérification objective, peut apparaître une situation type « Tour de Babel », dans laquelle chaque producteur d’ élixirs floraux a son propre système d’élixirs, avec pour chaque fleur des indications vagues et contradictoires. Des centaines de remèdes vibratoires affluent sur le « marché du New Age », dont beaucoup sont basés sur une recherche embryonnaire, et sur des impressions subjectives.

Dans ces conditions, il devient de plus en plus difficile de faire de la thérapie florale un système crédible.

L’apport de la science est de nous fournir une méthode grâce à laquelle nous pouvons tester nos perceptions et intuitions. Appliquée trop étroitement et de façon trop matérialiste, cette méthode dénie toute réalité à une grande partie de notre expérience. Cependant, en son essence, la science est une recherche de la vérité dénuée de toute concession, et peut s’appliquer à l’étude des royaumes subtils situés au-delà des limites habituelles de la recherche.

Si nous considérons le développement de la physique au cours de ce siècle, de la relativité à la mécanique quantique, et à la théorie du chaos, il devrait être clair que la science a déjà fait voler en éclats les limites des théories newtoniennes, même si la pensée mécaniste est encore prédominante dans la science médicale actuelle.

Il n’est donc pas déraisonnable d’envisager une application de la recherche scientifique aux forces vitales des végétaux et à leur interaction avec les systèmes énergétiques humains. La science matérialiste cherche inévitablement à discréditer et à ridiculiser la thérapie florale.

Mais si nous pouvons développer une science de l’âme qui a la même rigueur et la même discipline que la science conventionnelle, alors la thérapie florale pourra accomplir son destin et apporter une contribution significative à la médecine du 21e siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *